Home
 

Textes marquants en wallon
sur le village de Fraire

© Excepté "El noû drapia d'Fraire" qui est libre de droits, aucun des textes qui suivent
ne peut être reproduit sans autorisation de son auteur ou de ses ayants droit.

 
 
 
Voici d'abord la fameuse "Chanson du Lion" écrite par le "madjustèr" (chantre-organiste de l'église) de Fraire en 1907 pour contrer une décision communale concernant le drapeau de la marche Saint-Ghislain.
A cette époque, la commune était dirigée par une administration très anticléricale. Sur le nouveau drapeau de la marche Saint-Ghislain, les collecteurs avaient fait broder les images de saint Remy, patron de la paroisse ; saint Ghislain, patron de la marche, et sainte Barbe, patronne des mineurs (Fraire étant un village de mineurs de fer). C'était trop de saints. Le bourgmestre les fit enlever et remplacer par un lion. Les catholiques ripostèrent par la « Chanson du Lion ». Les problèmes lors de la Marche empirant chaque année, la procession finit alors par être supprimée quatre ans plus tard et ce pendant vingt-deux ans.

El noû drapia d'Fraire
(Adieu aux vîx Patrons. Merte aux nouvias.)

                I
Adieu, adieu, vîx Patrons d'no vilâdje,
Nos vos r'nions : vos souillîz no drapia.
Est-ce pou les saints l'nouvia pèlèrinâdje !
C'timps-là n'est pu : nos vîx pér's c'é des vias.
Adieu saint R'my, saint Djilain et saint' Bârbe !
        Vive el progrès ! (bis)
        Dj'vos l'dis à l'barbe
Dè l'ignorance les voèls sont desquirès.
                II
Nos conseillers, c'est des fameusses tiesses :
A l'plac' des saints arrachis du drapia,
Nos avancis ont mis li roè des biesses :
Tout biess' qu'il est, in lion c'est trop bia.
Pou in vilâdj, qui n'chout' si n'a dè l'trique
        Est-ce in lion (bis)
        C'esst enn' bourrique
Qu'i fallait mett' pou nos siervi d'patron
                III
Aux quatrès coins dj'aureu co mis dins n'crolle
Avou n'truelle, enn'équerre, in compas,
Et in d'vantrin pou complèter l'symbole,
Allons, les Frér's, què n'mettîz né tout ça ?
Et d'l'aut' costè in grand diâle qu'est pompette ?
        Enl'vez l'lion (bis)
        C'n'est qu'enn trompette
I faut iess franc quand on fait l'franc-maçon.
                IV
N'vos chenn't-i né, djins du vilâdj'dè Fraire
Què saint Remy, saint' Bârbe et saint Djilain
Sont, tout comptè, c'qui faut co qu'on préfère
Pou n'né passer pou biess' dlé ses vijins ?
D'pa tous costès les compagnies sont fières
        Des saints Patrons (bis)
        Su leus banières :
Gna qu'nous pou chure ell'biess' des francs-maçons.
 
            A. Giophile. (Hagiophile = ami des saints.)
Le nouveau drapeau de Fraire
(Adieu aux vieux Patrons, merde aux nouveaux.)

                I
Adieu, adieu, vieux Patrons de notre village,
Nous vous renions : vous souilliez notre drapeau.
Est-ce pour les saints le nouveau pèlerinage !
Ce temps-là n'est plus : nos vieux pères étaient des veaux.
Adieu saint Remy, saint Ghislain et sainte Barbe !
        Vive le progrès ! (bis)
        Je vous le dis à la barbe
De l'ignorance les voiles sont déchirés.
                II
Nos conseillers sont de fameuses têtes :
A la place des saints arrachés du drapeau,
Nos élus ont mis le roi des bêtes :
Tout bête qu'il est, un lion c'est trop beau.
Pour un village qui n'obéit que s'il a du bâton
        Est-ce un lion (bis)
        C'est un âne
Qu'il fallait mettre pour nous servir de patron.
                III
Aux quatre coins, j'aurais encore mis dans une boucle
Avec une truelle, une équerre, un compas,
Et un tablier pour compléter le symbole.
Allons, les Frères, que ne mettiez-vous tout ça ?
Et de l'autre côté un grand diable ivre ?
        Enlevez le lion (bis)
        Ce n'est qu'un trompe-l'oeil
Il faut être franc quand on fait le franc-maçon.
                IV
Ne vous semble-t-il pas, gens du village de Fraire
Que saint Remy, sainte Barbe et saint Ghislain
Sont, tout compte fait, ce qu'il faut encore qu'on préfère
Pour ne pas passer pour idiots aux yeux de ses voisins
Par tous côtés les compagnies sont fières
        Des saints Patrons (bis)
        Sur leurs banières :
Il n'y a que nous pour suivre la bête des francs-maçons.

 
Vers 1950, un grand cri d'amour d'Albert Matagne envers son village natal.

 
Em’ viladje
 
Fraire, c'èst m'vilâdje.
C'èst s'vî clotchî èt sès trwès clokes
qui triboul'neut pou lès batèmes,
soneneut à môrt quand gn-a dèl pwène
à grande volèye tous lès dîmègnes.

Fraire, c'èst sès djins, téls come is sont :
dès maurgagneûs, dès pus paujères,
avou l'pus gros intrè lès deûs,

Fraire, c'èst lès "Poûfrins", lès "Sabatrous",
lès roudjes, lès bleûs, toutes lès couleûs,
qui s'dèstchicoteneut pour dès bièstrîyes
maîs s'rastokeneut quand l'maleûr crîye.

Fraire, c'èst l'Djan.ne Ri, c'èst lès minères,
c'èst lès bayaus èyè lès trîs.
C'èst lès cus d'fosse, lès meûmeûres, lès pèrnèlîs.

Fraire, c'èst l'grande fontène dè bone eûwe frèche
avou sès bones, sès bâyes
èt sès longs batch dè pîre moulurèye
pou mète au bleû, spaumér l'buwèye.

Fraire, c'èst l'musique dès djoûs d'dicauce,
c'èst l'tchanson d'fiêr du mârchau su l'aglème,
c'ét l'bone odeûr dè cône brûlèye
quand-i fèreut lès tch'faus.

Fraire, c'èst l'Saint Djilain, c'èst lès mârcheûs,
c'èst bouchi lès campes, c'èst lès côrneûs, c'èst...

Fraire, c'èst tout ça... èt co tout l'rèsse...
C'èst li l'pus bia d'tous lès vilâdjes !

Èyèt c'èst l'mén.

            Albert Matagne †, R.N. (vers 1950)
Tribouler : Jouer des airs de musique en se servant des trois cloches de l’église comme d’un carillon.
« Poûfrins » (libéraux) et « Sabatrous » (catholiques) : familles politiques antagonistes (fin du XIXe siècle).
Maurgagneu : Ronchonneur, qui a sale caractère.
Paujère : Personne calme, posée.
S’destchicotér : Se disputer, discuter âprement.
l’Djan.ne Ri : Le ruisseau Jaune.
Bayau : Ancienne minière noyée ou ancien lavoir à minerai
Trîs : anciens terrains de minières impropres à la culture.
Meûmeûres : mûres sauvages
Pèrnèlîs : arbustes à prunelles.
Bones : Bornes
Bâyes : Barrières, chaînes servant de barrière.
Mète au bleû : passer le linge au bleu d’azur (ou bleu anglais ou smalt = protoxyde de cobalt) pour le blanchir.
Spaumer l’buwèye : Rincer la lessive.
Mârchau : Maréchal-ferrant
Aglème : Enclume
Cône : Corne.
Campes : 1. Sortes de pétards métalliques, qu’on faisait sauter en feu de file aux pauses des processions au moment de l’ostension, quand il n’y avait pas de marcheurs pour faire une décharge. - 2. Pétards en général.
Côrneûs : 1. Ceux qui prennent part à un charivari. - 2. Joueurs de cornemuse.


La nouvelle grand-route
En 1963, la décision est prise d'élargir à quatre bandes et de rectifier la Nationale 5, en évitant les centres des cités de Fraire, Yves-Gomezée, Laneffe, Somzée et Philippeville. Ce changement ne pouvait que nuire au commerce riverain de ces agglomérations. Albert Matagne, marchand de jouets et de meubles à Fraire et poète wallon bien connu, a écrit ceci à cette occasion, qui exprime bien le désarroi des natifs du village devant les impératifs du progrès.
 
Fraire, no bia vilâdje

Sonnèz lès clokes ! Claquèz des mwins !
Què ç'fuche dicausse, qu'on fèye « bombance »,
N's'alons ièsse bén, c'est nén d'vant l'timps,
Ene bèle grand-route, waîtèz qué chance !

Nos-avéns creû tous leûs ramâdjes,
Com èl côrbau, vos vos rap'lès ?
Eyèt c'côp-ci pou tout fromâdje
Là qu'on nos siève in cras Stofé !

Is plént bén dîre : « Vos s'rèz tranquîyes,
Bén paujèrement, v's'alèz soquyi ».
C'est nén insi qu'on cause quéquefîyes
Au pôv viy ome qui va mori ?

Is l'ont broyi, m'pètit vilâdje !
Is l'ont spotchi dèsous l'tèri
I nos faura bén du courâdje
Po n'nén n'alér ét là l'lèyi !

Nos-astons pôves, dè liards, dè djins.
Fondrîyes, vèrerîye, c'est du passè !
On n'è d'vise pus, gna dja lontimps
Ça n'compte bén wère saquants cints vwès !

A c't'eûre èl « bus » nè passera pus,
On l'ira qué, lauvau, su l'pont
Pace què ça cousse cint mètes dès pus,
I faureut co raussi l'coupon !

On a dècidè ça à l'tiesse,
Ç'què vos plèz dire nè siève à rèn.
Zias sont capâbes, nous on-est bièsse.
Dès bièsses, ça choûte, ça n'comande nén !
 
            Albert Matagne † - 1967
Fraire, notre beau village

Sonnez les cloches ! Claquez des mains !
Que ce soit fête, qu'on fasse bombance,
Nous allons être bien, ce n'est pas trop tôt,
Une belle grand-route, voyez quelle chance !

Nous avions cru tous leurs ramages,
Comme le corbeau, vous vous rappelez ?
Et cette fois-ci, pour tout fromage
Voilà qu'on nous sert un gras Stofé
      
(Stofé : fromage de Namur très odorant)
Ils pouvaient bien dire : « Vous serez tranquilles,
Bien calmement, vous dormirez ».
Ne serait-ce pas ainsi qu'on parle quelquefois
Au pauvre vieux qui va mourir ?

Ils l'ont broyé, mon petit village !
Ils l'ont écrasé sous le terril.
Il nous faudra bien du courage
Pour ne pas partir et l'abandonner !

Nous sommes pauvres, d'argent, de gens.
Fonderies, verrerie, c'est du passé !
On n'en parle plus depuis déja longtemps.
Ça compte bien peu quelques centaines de voix !

Maintenant, le bus ne passera plus,
On ira le prendre là-bas sur le pont
Parce que ça coûte cent mètres de plus,
Il faudrait encore augmenter le prix du coupon !

On a décidé ça à la tête,
Ce que vous pouvez dire ne sert à rien.
Eux sont capables, nous on est bêtes.
Des bêtes, ça obéit, ça ne commande pas !

 
Brigitte Hosslet, native de Fraire, habite Oupèye (Liège) depuis plus de vingt ans. Professeur de français, elle s'est tellement intéressée à la langue wallonne — qu'elle pratique et affectionne depuis toujours — qu'elle a suivi des études spécialisées sur le wallon à l'université de Liège.
 
Frère, pour mi, c’èst...
 
Quand on m’a d’mandè, a mi qui d’meure au lon dèspû ’ne bone vintène d’anêyes asteûre, dè scrîre saquants mots su no vilâdje, ç’qu’i m’a v’nu d’abôrd al tièsse, c’est ’ne quèstion : Frère, pour mi, qu’èst-ce què c’èst ?
Èt bén, pour mi, Frère c’èst d’abôrd èl Maroquète : d’i ai v’nu au monde dins l’cinsse qu’èm moman d’meure toudi... èt ayu dè r’véns pus souvint qu’a m’toûr !
C’î l’timps dèl sôyerîe da Graux, dèl fonderîe, dès-ouvrîs qui passént a pî ou a vélo d’vant l’môjon an criyant dès bièstrîes ; c’î l’timps du tch’min d’fyèr, des michelines èt dès trins d’mârtchandîjes dèl ligne Walcoû-Florènes, c’î l’timps du « signal » qu’anonceut qu’èl trin ariveut èt qu’i faleut lumer quand on r’mwin.neut lès vatches au tchamp...
Èl Maroquète d’adon, c’î l’dicausse du mwès d’awousse, lès chèfs dè djonnèsse avou leûs grossès flotches auz-ès r’vèrs dè leû djaquète, Èlvîre Cârly èt Ma Djâcques qu’aprèstént l’cafè dins in grand boulwè, èt qu’î vûdént lès lites dè goute qu’alént fé danser lès djins d’vant l’tchapèle Sinte Bârbe aviè lès cénq eûres...
Èl Maroquète, c’î co l’place avou l’ètang, l’trô Tomas... rimpli d’meûmeûres èt d’frambôjes, lès bayôs dèl Machine, èl vîye cârière plène d’eûwe : on-i pécheut dès cat’pices èt dès maclotes...
Èm Maroquète da mi, ç’asteut co l’bone odeûr dèl sètche foûrèye dès cwèjas au Prè Picâr, lès târtines dè pwin d’agasse mindjîes a meume èl tère avou ’ne jate dè freud cafè (què dès coupiches bagnént co bén... mès nén quèstion d’fé l’nareû, tout passeut... èt ça cheuneut bon, co bén !)
Èl Maroquète, c’î co l’magasin d’toubac’ da Georges Crwèsè, l’angar ayu Valentin Tenrèt brûleut l’chicorèye, c’î l’vèrerîe, èl’ bayô d’l’Aye, bén coneû dès pécheûs...
Mès i-gn-a deus d’bouts a Frère, èl Maroquète ènnè yun, èl Vôye dè Féroul, c’èst l’ôte : èl moulin ; l’Vôye du Tic qui monte qu’a Nandrivô, les tchapèles Notre-Dame de Lourdes èt l’pètite Sinte Rita, l’ètang Mûseû ayu m’pârin Èctor aleut nos péchî dès rousses... i n’vleut jamés nos lyi v’ni avou li d’peû qu’nos tchèyénche a l’eûwe « Vos-astèz d’z-arnôches » dijeut-i.
Frère, c’î l’Sarazin, l’Bon Dieu du Blon, l’grand-route qui déskindeut co avou sès léds toûrnants qu’a pad’vant l’èglîje èt r’monter après su L’nèfe ; Frère, c’î l’ruwèle Dandène èt l’fabrique dè toubac’ da Luc Crwèsè, les Gôs, èt, pièrdu au mitan dès patûres, èl tiyou stindu padzeû Sint-Djilin èt s’vîye potèle.
C’î ètou l’Place Vète, l’vîye èscole’ dé l’cèmintière (qu’aveut co s’bèle tchapèle au mitan).
Frère, c’î l’bone dîjène dè boutiques dèspôrpiyis pattavô l’vilâdje : Biyèle a l’ruwèle Dandène (on i aleut qué dès sabots), a l’Abèye (dé Marie Soumwès qui fyeut dès si bèlès bwèsses
  dè batème !), dé Rôsa Coclèt (qui vindeut tout ç’qu’on pleut awè dandji, dins ’ne baraque dè plantches), dé Marîe èt Marguerite Chârlier asto d’l’èglîje... C’î l’boutique dè solés da Bèrte èt Georges Hubèrt, lès trwès boutcherîes : Firmin, Djosèph èt l’Chonchon... dè n’dîrai trop rén su tous lès cabarèts (ayu on danseut a l’acôrdèyon auz-ès dicausses) : Marie-Madelène, Torlèt, Coclèt, l’Pètite Tchapèle, Van Hoeck...
Pour mi, Frère, c’î ètou lès trwès dicausses : l’pôrcèssion du Sint-Sacremint èt l’pètite dicausse du mwès d’jwin (l’dimègne d’après l’Trinitè, oyeut-on dîre !) ; l’cène du Raclo, èl trwèsième dimègne d’octôbe... èt bén seûr, èl Sint-Djilin !
Ah, mès preumîs Sint-Djilin ! Lès blancs vantréns d’twale dès sapeûrs arindjis tèrtout au pus bia avou lès rubans da Ermine du Gris (qui fyeut dès tchapias d’couméres), l’passâdje dès places, l’preumière sôrtîe, lès fifes èt lès tamboûrs qui ravèyént l’vilâdje a cénq eûres au matin... I-gn-aveut nén ostant d’sôtes dè sôdârds qu’asteûre, mès pour mi, no Sint-Djilin valeut bén l’Sinte-Rolande ou l’Trinitè !
Qwè dîre d’ôte què ç’què vos r’sintèz vous-ôtes meume tèrtous, d’ènnè seû seûre, an sondjant à no bia p’tit vilâgje d’Ante-Sambe-èt-Moûse, quand i s’estind pô bia timps an fyant craquer s’vîye chine dè pèyisan.
 
            Brigitte Hosslet - 2003


Èl signal : aux passages à niveau non gardés, un bras articulé se levait lorsque le train s'annonçait et se baissait une fois le convoi passé.
lumer : observer attentivement, épier.
ène flotche : un nœud, une cocarde.
dès maclotes : des têtards.
in boulwè : chaudière pour faire bouillir la lessive.
dès meûmeûres èt des frambôjes : des mûres et des framboises (fréjes, cèréjes, caclindges : fraises cerises, myrtilles).
dès cat'pices : des salamandres aquatiques (tritons).
in cwèja : une meule de foin.
ène moye : une grosse meule.
du pwin d'agasse : des tartines préparées à l'avance et ramenées du lieu de travail à la maison (les enfants en raffolaient).
dès coupiches : des fourmis.
fé l'nareû : faire le dégoûté.
arnôche : turbulent.
in tiyou : un tilleul.
déspôrpiyî : éparpiller.
èl chine : le dos, l'échine.

 
Frère
 
A l'piquète du djoû, qu'Frère èst bèle
Quand l'solia li carèsse sès rins.
Et qu'in-air pus l'djère què du vint
Annonce èl vènûe du bon timps.

Frère èstind sès djannès dintèles
Quand l'èstè meûrit l'plin du tchamp.
Sint Djilin fét r'sèrer lès rangs
D'sès sôdarts, au tamboûr batant.

L'arrière-saîson... èt Frère bèrdèle,
On skeût lès gâyes a plin cabas,
On r'lît bétrâpes èt canadas :
Il a plou d'l'ôr au Trô Tomas.

Frère triyane pad'zous s'blanc paletot ;
Durant lès chîjes, au cwin du feu,
Tèrtous acheune, on fét dès djeus ;
Des tchandèles pindeneut auz-ès teuts.

Mais c'èst quand dè m'èrvén d'au lon
Què Frère èm' cheune toudi l'pus bèle ;
C'èst m'keur qui mârtèle ès' tchanson
Què ç'fuche a n'impôte qué saîson !

Brigitte Hosslet - Juillet 2008
A la pointe du jour, que Fraire est belle
Quand le soleil lui caresse les reins.
Et qu'un air plus léger que du vent
Annonce la venue du bon temps.

Fraire étend ses dentelles jaunes
Quand l'été mûrit le contenu du champ.
Saint-Ghislain fait reserrer les rangs
De ses soldats, au tambour battant.

L'arrière-saison... et Fraire pérore,
On secoue les noix à pleins cabas,
On arrache betteraves et pommes de terre :
Il a plu de l'or au trou Thomas.

Fraire tremble sous son blanc manteau ;
Durant les soirées, au coin du feu,
Tous ensemble, on fait des jeux ;
Des chandelles pendent aux toits.

Mais c'est quand je m'en reviens d'au loin
Que Fraire me semble toujours la plus belle ;
C'est mon cœur qui martèle sa chanson
Que ce soit à n'importe quelle saison !

 
Marc Lorent, fils de Georges et petit-fils de Marcel Heusghem — de qui il tient beaucoup — est né en 1955, donc après la disparition de la fontaine publique. Utilisant très naturellement le wallon de Fraire — malheureusement abâtardi — tel qu'il se parle actuellement, il a écrit ce petit texte à l'occasion de la remise sur la place de la fontaine monumentale, grâce à Mme Bayot-Defosse et au travail du groupe les "Pîssintes du Fièr" dont il fait partie.
 
No Fontène
pa Marc Lorent
(dit l'fi da Georges du Pot ou bin l'Potiquet - 2008)
 
Despû sacants samwènes, i gna n'rumeûr qui court pa't'avau no p'tit villâdge : « On va l'ervèye, on va l'èrmonter ! ». Lèye qu'astèut l'fiertè des Frérots, èl symbole du villâdge, èl senne dè l'prospéritè amwènée pa l'exploitâtion du minerai d'fiêr èyèt des crayats d'sarazin, qu'a même èsse photo din'in musèye à Bruxelles, lèye qu'on avèut destrû au nom des noirs intèrêts dè l'waute finance dè l'sociètè des Eûwes, dj'ai nommè no fontène !
Èl pus drole, c'est qu'après ostant d'annèyes — les djins dè m'n'âdge nè l'ont nin d'd'jà connu —, elle astèut co dins tous les kieûrs, comme ène blessure qui n's'aurèut jamais r'fait, tertou y r'pinsèut co !
Èyèt v'là qu'asteûr, grâce à 'ne pougnie d'achârnès, fiêrs dè leû patrimoine, elle va r'vèni, co pus belle èyèt quasi à l'place qu'a toudis stî l'senne, su l'place du villâdge ! Ces djins-là, c'est d'abôrd èle famille Bayot, qu'a tout fait pou préserver les pîces dè fonte dè no fontène, èyèt qui va même lî céder s'nouvia emplacemint, c'es'st'ètou tous les acteûrs du groupemint des Pîssintes du Fiêr, qu'ont travailli à ramwainner des liards èyèt des bras autoû du prodjet, èyèt ça s'ra, nos l'espérons, tous les djins du villâdge, qui donneront leû n'obole, qui vénront à nos activitès, qui prestront mwain-fôte pou moustrer à nos èfants èy'à tous les vijins des autes villâdges, què l'fôce des humains, c'est d'satchî tertous dins l'même direction !
I faut surtout qu'nos chûvants nè roublyinchent jamais qu'i'n'faut jamais destrûre èl patrimoine, què c'què nos aïeux nos ont lèyi, c'est branmint d'pus qu'du fiêr èt des caillaux, mès c'est l'preuffe qu'on z'est d'roci, qu'i z'y ont stî d'vant nous, èyèt qu'i s'ont fait crèver pou qu'on s'è souvènne !
  Notre Fontaine
par Marc Lorent
(dit le fils de Georges "du Pot" ou bien "l'Potiquet" - 2008)
 
Depuis quelques semaines, une rumeur court à travers notre petit village : "On va la revoir, on va la remonter !". Elle qui était la fierté des Frairois, le symbole du village, celui de la prospérité amenée par l'exploitation du minerai de fer et des résidus de fontes préhistoriques, qui a même sa photo dans un musée à Bruxelles, elle qu'on avait détruite au nom des noirs intérêts de la haute finance de la société des Eaux, j'ai nommé notre fontaine !
Le plus drôle, c'est qu'après tant d'années — les gens de mon âge ne l'ont même pas connue —, elle était encore dans tous les cœurs, comme une blessure qui ne se serait jamais refermée, tout le monde y repensait encore !
Et voilà qu'à présent, grâce à une poignée d'acharnés, fiers de leur patrimoine, elle va revenir, encore plus belle et quasiment à la place qui a toujours été la sienne : sur la place du village !
Ces gens-là, c'est d'abord la famille Bayot, qui a tout fait pour préserver les pièces de fonte de notre fontaine et qui va même lui céder non nouvel emplacement, c'est aussi tous les acteurs du groupement des "Sentiers du Fer" qui ont travaillé à ramener de l'argent et des bras autour du projet, et ce seront, nous l'espérons, tous les gens du village qui donneront leur obole, qui viendront à nos activités, qui prêteront main-forte pour montrer à nos enfants et à tous les voisins des autres villages que la force des humains, c'est de tirer tous dans la même direction !
Il faut surtout que nos suivants n'oublient pas qu'il ne faut jamais détruire le patrimoine, que ce que nos aïeux nous ont laissé c'est beaucoup plus que du fer et des cailloux, mais c'est la preuve qu'on est d'ici, qu'ils y ont été avant nous et qu'ils se sont fait crever pour qu'on s'en souvienne !